Le marché du packaging en Asie, numéro 1 mondial en matière de croissance

wong-tsz-hinWong Tsz Hin
Editor
Asia Pacific Food Industry

Résumer en une tribune l’ensemble des tendances asiatiques est un exercice périlleux. L’Asie regroupe un spectre large de marchés.
A un extrême les marchés matures comme Singapour, le Japon et la Corée du Sud, où les tendances se rapprochent des Etats-Unis. A l’autre extrême se trouvent les pays émergents comme le Laos et le Myanmar, où le pouvoir d’achat est bas et l’emballage remplit uniquement sa fonction basique de conditionnement. Entre les deux nous retrouvons les pays comme la Chine, l’Indonésie, et la Thaïlande.

Une tendance commune : le plastique, et en particulier la polyoléfine, est le matériau de prédilection

La Chine est le premier consommateur mondial de polyoléfine, une demande pourvue essentiellement par les fabricants d’Asie du Sud Est. L’approvisionnement en plastique se fait au sein des 14 pays membres de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud Est), une zone de libre échange avec franchise de taxe à l’importation.

L’accord de libre échange entre la Chine et les pays de l’ASEAN (CAFTA) permet également le libre échange des produits, y compris le plastique. Sa mise en place en janvier 2010 a donné un coup d’accélérateur au commerce dans cette zone.
Pourquoi le plastique est-il le matériau d’emballage de prédilection en Asie ? A cause de son coût avantageux, compte tenu de la forte proportion de population à faibles revenus.

Le rythme soutenu du développement économique de la Chine et des pays du Sud-Est asiatique, combiné aux accords de libre échange vont maintenir la Chine à la place de premier consommateur mondial de polyoléfines, ce qui à son tour alimentera le boom du secteur de l’emballage plastique en Asie.

Dans la grande famille des emballages plastique, les flexibles gagnent du terrain

L’Asie sera le premier consommateur d’emballages plastique flexibles en valeur à échéance 2016. Son principal avantage est sa légèreté et son épaisseur réduite, qui rendent son coût attractif. Il est également plus facile à jeter une fois consommé qu’un emballage rigide.
Les consommateurs asiatiques plébiscitent particulièrement les emballages plastiques refermables avec Zip qui protègent les aliments de l’humidité. Le climat humide qui prévaut en Asie dégrade rapidement les aliments secs comme les chips et les biscuits.

Dans les pays en développement, les ventes des aliments emballés augmentent

La part des femmes actives évolue à la hausse, le temps s’accélère et les tâches culinaires ne sont plus prioritaires dans l’agenda de la maîtresse de maison. La Chine est le premier consommateur mondial de lait en poudre infantile, les femmes abandonnant l’allaitement. Les produits à conservation longue connaissent un succès croissant ; ils sont plus pratiques à acheter et stocker que leurs équivalents en vrac. Le riz, une des denrées essentielles en Asie, voit son emballage évoluer. Les lancements de riz emballés abondent, une part non négligeable étant pour cuisson au micro-ondes.

Le recyclage n’est pas à l’ordre du jour

Dans les pays en voie de développement, les consommateurs à faible revenu ne peuvent pas s’offrir le luxe d’un emballage recyclable.
Pour ce qui est des pays développés, les consommateurs réutilisent un emballage lorsqu’il est esthétique ou support d’une marque qu’ils valorisent, plutôt que pour préserver l’environnement.
Pour les emballages de la vie courante, les déchets sont jetés sans être valorisés.

La traçabilité, une tendance qui répond à l’inquiétude des consommateurs

La Chine a été le théâtre d’une série de crises de contamination alimentaire, de la mélamine dans le lait en poudre infantile au porc chargé en bactéries qui brille dans le noir, en passant par l’huile récupérée des gouttières des restaurants et reconditionnée.
Les consommateurs sont devenus très méfiants des produits originaires de Chine et exigent une traçabilité des produits qu’ils achètent.
En mars dernier, Beijing a renforcé le statut politique de l’organisme de surveillance pour les aliments et médicaments, dans l’espoir de regagner la confiance de ses consommateurs nationaux et importateurs.

Dans l’ensemble, l’économie des pays du Sud Est asiatique repose fortement sur l’exportation. Ils doivent par conséquent respecter les standards imposés par leurs clients internationaux.

L’industrie de l’emballage s’automatise progressivement

Il existe un écart important entre les pays développés, qui ont déjà automatisé leurs lignes, et les pays en développement pour qui le coût de la main d’œuvre reste attractif.

Ce dernier tend néanmoins à augmenter en Chine, en Malaisie, en Thaïlande et au Vietnam, encourageant les industriels à intégrer des machines automatisées modulaires dans leurs lignes d’emballage traditionnelles.
Selon l’IFR (la Fédération Internationale des Robots), la zone Asie-Pacifique est le marché à plus fort potentiel pour la vente de robots industriels. La concurrence plus agressive entre les pays de l’ASEAN, la fluctuation du cours des matières premières et l’accroissement de la demande sont autant de signes encourageants pour les fabricants d’équipement d’emballage automatisé.

En savoir plus sur Wong Tsz Hin

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *